Loading color scheme

Réactions du Président Eric JALTON, suite à la CTAP du 13 mai 2020 sur l’eau

Le Président de Cap Excellence se réjouit des avancées enregistrées lors de la CTAP du 13 mai dernier qui permettront, si elles sont mises en œuvre rapidement, d’améliorer significativement le fonctionnement du Service public de l’eau potable sur les territoires en souffrance du SIAEAG et principalement de la CARL – Gosier, Sainte- Anne, Saint-François, Désirade.

Le Président Eric JALTON, regrette toutefois, que le plan biennal des trente-quatre (34) actions prioritaires adopté par la CTAP du 1er février 2018, qui devait participer à la fin des tours d’eau en Décembre 2020, n’ait pas pu être conduit en maîtrise d’ouvrage à son terme par la Région et le Département.

Sur ce point, le président de Cap Excellence considère que la Région Guadeloupe devrait s’attacher à conduire les projets dont elle a la charge en maîtrise d’ouvrage avant toute demande d’habilitation au Gouvernement pour gérer l’eau en lieu et place des EPCI.

Le Président Eric JALTON regrette également le communiqué du Vice-président de la CARL et lui rappelle que la situation dégradée ancienne et chronique du SIAEAG, que personne n’ignore en Guadeloupe, est due essentiellement aux défaillances et désordres fonctionnels internes de l’institution tels qu’ils ont été relevés par le Comité d’Experts ; (quasi-absence de relations clients – recouvrement inorganisé – tour d’eau faiblement maitrisé et inadapté - non-paiement des dettes fournisseurs – pas de convention avec certains opérateurs - pas ou peu de facturations clients à l’exception des acheteurs d’eau en gros.)

Le Président Eric JALTON rappelle qu’au 31 décembre 2019, Eau d’Excellence reste devoir au SIAEAG la somme de six millions neuf cent quarante et un mille six cent cinquante-sept euros (6.941.657,00 euros) représentant le solde des factures d’achat d’eau en gros pour l’exercice 2019 ;

Le SIAEAG devrait s’attacher à recouvrer ses créances les plus anciennes avant de pointer du doigt les plus récentes et éviter de livrer de l’eau gratuitement et sans convention à certains territoires et ce durant de longues années.

Le Président rappelle également que depuis le 1er janvier 2017, date de la création d’Eau d’Excellence, cette Régie a versé à ce jour au SIAEAG la somme de vingt-neuf millions, six cent vingt-deux mille trois cent soixante-trois euros (29.622.363,00 euros) pour l’achat d’eau en gros pour un service qui s’est passablement dégradé au fil du temps et qui a entraîné une perte de clientèle de l’ordre de 20% (factures impayées).

Le Président précise aussi que les deux régies du SIAEAG y compris RENOC restent devoir à Eau d’Excellence la somme de deux millions sept cent vingt-sept mille euros (2.727.000,00 euros) en arriérés notamment en 2017, 2018 et 2019.

S’agissant du processus de création du Syndicat Unique de l’Eau, le Président JALTON rappelle que par délibération du 21 février 2020, le Conseil communautaire a validé le principe de (la création d’un syndicat mixte ouvert à la carte pour la gestion des services publics d’eau et d’assainissement sur l’ensemble du territoire de la Guadeloupe).

Il précise cependant, que si pour l’heure, le projet de statut proposé par l’équipe de préfiguration piloté par la Région Guadeloupe n’a pas été adopté à l’instar de la CANBT et la CAGSC, c’est bien qu’il reste encore quelques incertitudes à lever par rapport aux cinq (5) principes qu’il a lui-même posés s’agissant de ladite structure (pas de licenciement – un prix de l’eau abordable pour tous et notamment pour les plus déshérités – pas de transfert de dette fournisseur à la nouvelle structure – une structure viable économiquement depuis sa création - participation effective des partenaires sociaux et des usagers au processus de création et de représentation de ladite structure.)

Si des avancées ont pu être enregistrées sur les trois (3) premiers points, le modèle économique de ce Syndicat Mixte Ouvert doit être consolidé et la participation des acteurs sociaux et des usagers au processus engagé doit être clarifiée.

Enfin et pour l’histoire, le Président Eric JALTON rappelle que si le Président de la République Emmanuel MACRON a personnellement, à l’occasion de sa visite aux Abymes au Cinéma Cinéstar le 28 septembre 2018, exprimé sa méfiance vis-à-vis d’un syndicat unique qui à ses yeux, ne constitue pas la panacée, nous avons décidé localement d’élaborer ensemble un projet de structure unique en Guadeloupe viable et durable.

Nous devons donc continuer nos travaux jusqu’au consensus de tous les EPCI et leurs partenaires.

Là-dessus, la Communauté d’agglomération Cap Excellence reste disponible pour la poursuite de cet important chantier pour la Guadeloupe.